Biographie

« Jessica Horsley pratique l’art de la direction d’orchestre avec une souveraine maîtrise. La précision de sa direction et son sens naturel de la pureté stylistique lui permettent de transmettre sans effort jusqu’aux plus fines nuances musicales. » (Jiří Nĕmeček, violon) Ses débuts de chef d’orchestre au Stadtcasino de Bâle en mars 2015 furent unanimement salués. Un programme hors du commun y présentait les œuvres orchestrales de compositrices des 19ème et 20ème siècles (www.frauenkomponiert.ch). Comme chef d’orchestre, Jessica Horsley s’est spécialisée dans la musique de la fin du 19ème jusqu’au 21ème siècle.

En 2010, Jessica Horsley échangea l’archet de viole de gambe contre la baguette de chef d’orchestre. Elle commença sa formation avec Thüring Bräm, puis étudia auprès d’Arturo Tamayo au Conservatorio della Svizzera Italiana (CH) pour se spécialiser dans les répertoires contemporain et moderne avec des œuvres comme Le Marteau sans maître (1957) et Dérive (1984) de Pierre Boulez, Erwartung (1909) d’Arnold Schönberg ou The Key to Songs (1985) de Morton Subotnick. Elle élargit ensuite son répertoire aux grandes œuvres du 19ème siècle avec l’accompagnement de coaches tels que Kirk Trevor (CZ/US), Tomáš Netopil (CZ/DE) et Sasha Mäkilä (FI) et attira surtout l’attention par ses interprétations de Brahms. Elle a travaillé avec des orchestres tels que Plovdiv State Opera (BG) et Bohuslav Martinů Philharmonic (CZ) ainsi qu’avec les ensembles St. Michel Strings (FI) et 900 (CH). Elle a également enregistré pour la Radio Suisse Rete Due.

Comme gambiste, Jessica Horsley a joué avec divers ensembles de musique ancienne tels que Ferrara (Crawford Young), Gilles Binchois (Dominique Vellard), Capella Muriensis, Capriccio Barockorchester, La Chapelle Ancienne. Elle a également co-fondé le Consort de violes de gambes The Earle His Viols, spécialisé dans la musique chromatique et enharmonique du début du 17ème siècle. Le premier CD de cet ensemble fut immédiatement honoré de plusieurs prix (choc de la musique, 10 de Répertoire, distinction de Classica). Un deuxième enregistrement de compositions issues de l’entourage du Cardinal Barberini (Rome, autour de 1635) reçut cinq « Diapasons ». En 2011, son interprétation avec David Hatcher (GB) de Furiosa, œuvre virtuose de Gottfried Finger, reçut un accueil des plus chaleureux. Jessica Horsley a donné de nombreux concerts et a participé à des enregistrements radiophoniques et discographiques en Europe, aux Etats-Unis, au Canada, en Afrique du Sud, en Namibie, en Australie. Elle a joué comme soliste dans divers Festivals tels que ceux d’Amsterdam, Berlin, Frankfurt, Magnano, Melbourne, Saarbrücken, Witten.

Depuis peu la carrière d’instrumentaliste de Jessica Horsley s’oriente plutôt vers la musique contemporaine et des œuvres de commande. Elle a collaboré avec des musiciens comme Peter Rundel, Heinz Holliger, Rachid Safir et Walter Grimmer, ainsi qu’avec les ensembles Collegium Novum (Zürich) et Ensemble Modern (Frankfurt am Main). Elle fut invitée comme spécialiste du baryton, instrument rare s’il s’en est, à jouer la partie de soliste de « …à l’âme de marcher sur ses pieds de soie… » au Festival de Hollande en 2010. Parmi les dernières commandes d’œuvres pour baryton, se trouvent des partitions de Heidi Baader-Nobs, Thüring Bräm, Giorgio Colombo Taccani, Helena Winkelman ainsi qu’un nouvel arrangement d’une œuvre de Klaus Huber.

Dès son enfance Jessica Horsley exerça une activité de soliste et de chambriste et maitrisa très tôt plusieurs instruments en parallèle. Révélée à dix ans, lors d’une émission télévisée, comme « la plus jeune organiste de Grande Bretagne », elle jouait à l’adolescence des concertos pour violon en tant que soliste et gagna des concours comme jeune pianiste avant d’avoir quitté l’école obligatoire. Après avoir terminé son parcours scolaire avec de nombreuses récompenses et un premier diplôme de piano, elle obtint pour le piano un Diplôme de Soliste décerné par le Royal College of Music. Elle entreprit ensuite ses études de musicologie au Trinity College de Cambridge (GB) et découvrait le monde de la musique ancienne. Elle compléta cette formation par un Master en Histoire moderne, incluant l’étude du russe, à l’Université de Londres. Elle décida alors d’étudier la viole de gambe, d’abord auprès de Paolo Pandolfo à la Schola Cantorum Basiliensis (CH), puis d’Ariane Maurette au Conservatoire Supérieur de Paris (prix de perfectionnement). Suivirent plusieurs cours et masterclasses (Jaap ter Linden, Eunice Brandão, Marianne Mueller, Philippe Pierlot). Parallèlement elle entreprend une thèse de doctorat à Tübingen (DE) qu’elle obtient en décembre 2004 sur le thème de « L’Almanach du Cavalier Bleu comme œuvre d’art total » avec la mention « magna cum laude ». Elle publie un livre sous le même titre chez Peter Lang (Frankfurt/M.) en 2006. Ses publications ultérieures traitent de la figuration comme source historique, respectivement histoire culturelle, et du Modernisme.

De langue maternelle anglaise, Jessica Horsley, parle couramment allemand, français et italien, lit le russe et possède des connaissances de base de chinois.

Downloads